À partir du moment où j’ai entendu parler de la Shimanami Kaido – un itinéraire cycliste au panorama impressionnant – j’ai voulu la parcourir. Après tout, la route se présente comme un paradis du vélo.

Là, avec la mer intérieure de Seto en toile de fond, les 70 kilomètres de la piste cyclable connectent l’île principale du Japon, Honshu, à l’île rurale du Shikoku. L’itinéraire croise six petits îles en empruntant sept ponts, dont le pont Kurushima qui, avec 4045 mètres, détient le record du plus long pont suspendu de la planète.

De façon incroyable, si l’un de vos pneus est à plat, vous pourrez vous arrêtez dans n’importe quel combini de l’itinéraire pour une réparation express. (Comme je le disais, un paradis du vélo.)

Bien sûr, si 70 kilomètres peuvent paraître beaucoup, il est possible de ne parcourir qu’un tronçon. De nombreux loueurs existent le long de la piste, de concert avec un réseau pratique de bus et de ferry, ce qui permet aux cyclistes de s’arrêter et de commencer leur voyage à peu près où ils veulent.

Cependant, bien que les enseignes de location offrent de nombreux types de vélos, depuis ceux très urbains à des vélos électriques, je n’en avais jamais trouvé un qui proposait d’authentiques vélos de route ou quelque chose de spécifiquement adapté à une aventure de 70 kilomètres.

Un bémol qui explique pourquoi la Shimanami Kaido m’avait toujours semblé un peu inaccessible, en termes logistiques. Je veux dire, oui, j’aurais pu dépenser quelques centaines d’euros dans un étui adapté pour transporter le mien en soute, ou tenter l’aventure du carton de déménagement… Mais aucune de ces options, vous l’admettrez, n’était tentante. Surtout la partie impliquant de se déplacer dans un pays aux espaces réduits avec un énorme bagage.

Puis, j’ai entendu parler de l’hôtel Cycle à Onomichi, la ville à l’extrémité nord de la Shimanami Kaido, et tous mes tracas se sont envolés !

Dans un hangar rénové, l’hôtel Cycle propose des chambres faites pour les voyageurs, et pour les passionnés de vélo. Avec un café, une boulangerie, un restaurant, un bar, et une sélection de souvenir locaux – le tout dans l’enceinte même – il n’y a presque aucune raison d’en sortir. Une seule en fait – le départ de la Shimanami Kaido, quasi immédiatement aux portes de l’hôtel.

Pour être certains que vous n’oublierez pas pourquoi vous êtes venu là en premier, l’hôtel Cycle possède également une boutique gigantesque vendant et louant des vélos de qualité. Ce qui est son meilleur argument : pas besoin de transporter votre vélo, ou même votre équipement, jusque-là. Il suffit de louer un très bon vélo de route et l’attirail approprié directement à l’hôtel.

Les murs des chambres sont même équipés de porte-vélos. Et il faut le reconnaître – se réveiller au matin d’un itinéraire à vélo sur la vue de votre monture à deux-roues, accrochée sur le mur, est une très bonne manière de commencer cette journée. De quoi être immédiatement dans l’ambiance.

Je suis arrivé à l’hôtel de façon à avoir le temps d’explorer Onomichi avant de retourner y passer une soirée tranquille. Après un dîner de pâtes aux champignons de saison, je me suis dirigé un temps vers le bar – équipé de pédales – pour profiter de la boisson offerte avec la nuitée. Puis je me suis laissé aller dans la nuit, et j’ai dormi d’un sommeil confortable et me suis réveillé en pleine forme.

Après avoir choisi une veste et un collant, les professionnels de Giant ont ajusté la selle de mon destrier de 9 kilos – puis je me suis élancé.

Même sous un ciel un peu nuageux, les paysages offerts par la Shimanami Kaido étaient à couper le souffle. Partout, le panorama n’était qu’îles élancées, ponts aériens et vagues sereines de la mer intérieure, qui brillaient joliment quand les rayons du soleil se posaient sur elles.

Décrite dans les plus anciens écrits nationaux, depuis le Kojiki au Dit du Genji, navigué pendant des temps reculées par les marchands chinois et coréens, puis véritable autoroute des produits et des voyageurs jusque dans le Japon du XXe siècle, la mer de Seto est un sublime monument au-dessus duquel pédaler.

La piste cyclable rejoint parfois les routes des îles, mais s’en séparent le plus souvent pour des détours panoramiques inaccessibles aux voitures. Plusieurs itinéraires optionnels permettent même d’allonger les 70 kilomètres de la route principale.

Pour les plus courageux, l’intégralité de la route peut être parcouru dans la journée. Mais la plupart des cyclistes s’accordent deux jours, en passant une nuit dans un hôtel, une guest-house ou un terrain de camping quelque part le long de la piste. Même si vous êtes du genre très rapide, prendre le temps d’explorer les nombreux temples et sanctuaires et de s’arrêter aux points de vue rallonge très facilement le trajet, au-delà d’une seule journée.

Alors que le panorama défile devant mon guidon, je réalise que même en ayant finalement accompli ce rêve de pédaler sur la Shimanami Kaido, j’aurais besoin de revenir pour profiter davantage de l’expérience. Comme les nombreux poèmes waka écrit à propos de la mer intérieure de Seto, il y en a simplement trop pour tout découvrir en une fois.

Texte et photographies de Peter Chordas